Imprimer

Le cheval comme médiateur

Un avantage énorme pour Lucie qui connaît les chevaux des écuries du Mont depuis sa plus tendre enfance. « La confiance avec le cheval, c'est essentiel dans ce que je fais, décrypte Lucie. Cela se ressent sur le patient ».

Et c'est bien là le fondement de son activité : apporter un bien être corporel et psychique en utilisant le cheval comme médiateur.

« Le cheval est le reflet de nos émotions, de ce que l'on montre à un moment donné. Il reflète énormément de choses », explique Lucie Vandestien, qui travaille surtout avec les adultes atteints d'une déficience, même si des séances peuvent être adaptées pour des enfants à partir de 3 ans.

« On met des objectifs en place sur du long terme », précise Lucie qui privilégie les séances hebdomadaires, pour que le corps garde en mémoire les exercices. « On est d'abord sur l'être, pas sur le fait ». Une durée essentielle pour progresser, car il peut arriver, qu'il y ait des séances qui ne soient pas satisfaisantes. « Il n'y a aucun acquis », insiste-t-elle. « Il ne faut pas être figé et savoir s'adapter. Une séance dépend aussi de l'humeur du patient et de sa capacité à être réceptif aux choses ».

Les séances proposées par Lucie ne restent pas qu'une simple relation avec un cheval. « On met des mots derrière tout ça. On essaie d'aller plus loin en éveillant tout ce qui se passe dans la séance ». Des séances qui sont de véritables échanges entre les trois participants. « Ces personnes nous donnent aussi beaucoup, c'est exceptionnel. J'en apprends aussi tous les jours. »